Dulcimer

 

LE DULCIMER

Dulcimer breton CAMAC (Nantes)

Le dulcimer est un instrument de musique membre de la famille des cithares. Le terme dulcimer est attribué à deux instruments fort différents : le hammered dulcimer (voir cet article), instrument à cordes frappées et le dulcimer proprement dit mountain dulcimer ou appalachian dulcimer, instrument à cordes pincées joué dans la musique américaine.

Il est d’origine nord-européenne, ayant survécu dans les montagnes Appalaches, où les migrants l’avaient jadis apporté. C’est un cousin de l’épinette des Vosges, du hummel, du scheitholt allemand et du langeleik de Norvège. Après une longue période d’oubli, le dulcimer a connu un regain d’intérêt dans les années 1970, à la faveur du mouvement folk. Depuis, des luthiers ont repris sa construction aux États-unis et au Canada, et d’importantes rencontres de musiciens ont lieu sur le continent nord-américain, donnant lieu à des concours.

Variété de formes

Son nom en vieux français est doulce melle, signifiant « douce mélodie », en rapport avec son volume sonore modeste. Par déformation phonétique les anglophones le nommèrent dulcimer (qui n’a pas de réelle signification)[1].

Facture

Sa caisse de résonance en bois de noyer a souvent la forme d’un sablier (forme dite hourglass). Elle est percée de deux ou quatre ouïes de formes variables sur la table faite en bois dur (épicéa, red cedar, érable) formant caisse de résonance. D’autres formes existent : la teardrop en forme de larme allongée et l’ancienne blockviol triangulaire, plus facile à construire. La touche frettée est fixée sur toute la longueur de la caisse de l’instrument. Il n’y a pas de manche proprement dit. Quatre cordes la surplombent : deux cordes de bourdons et deux cordes très rapprochées accordées habituellement à l’unisson en ré, dites « chanterelles ». 

 

 

 

      

Dulcimers « Bear Meadow »
Dulcimers en forme « hourglass » (pendule) et « teardrop » (larme…)

Parmi ces instruments, nous trouvons le scheitholt allemand, l‘épinette des Vosges, l’épinette hongroise, la cithare autrichienne et le dulcimer.

 

LE DULCIMER FAIT LA STAR EN AMERIQUE.

Tombé en relative désuétude en Europe, le dulcimer allait renaitre de ses cendres de l’autre côté de l’atlantique ou il fut transporté par les émigrants venus du vieux continent. Pour connaître l’histoire, il fallut attendre que 2 américains, Ralph Lee Smith et L. Alan Smith, reconstruisent son histoire américaine en décortiquant et analysant de vieux dulcimers.

Ainsi, l’évolution américaine du dulcimer peut être divisée en 3 périodes.

  • La période dite de transition (1700 à 1850 environ): Installation avec les émigrants,
  • La période traditionnelle (1850 à 1940): Diffusion à l’intérieur des appalaches,
  • La période de renaissance ou contemporaine (après 1940): Diffusion sur l’ensemble des états-unis.

Pendant la période de transition, le dulcimer s’est développé dans le sud ouest de la pennsylvanie et l’ouest de la virginie à partir de l’association d’instrument importés tels que le scheitholt, voire le hummel (suède), le langeleik (Norvège) et l’épinette des vosges ‘France) et de cultures musicales britanniques essentiellement irlandaises. Facilement constructible à la main, les dulcimers sont alors fabriqués par des individus isolés ou quelques familles. Le dulcimer comporte alors seulement 3 cordes (mélodie, médium et basse).

Deux luthiers sont connus pour avoir commercialisés leurs dulcimers pendant la période traditionnelle. Ils sont probablement à l’origine de la large diffusion de l’instrument à l’intérieur des appalaches. J. Edward Thomas du Kentucky et C.P. Pritchard confectionnèrent ainsi sur commande des dulcimers 3 cordes de forme « hourglass » (pendule) entre 1871 et 1930.

Dulcimers des Appalaches

Dès la fin du XIX siècle (période contemporaine), ces initiatives font connaître le dulcimer à l’extérieur de son périmètre d’origine en insistant sur son caractère romantique et le symbole d’une culture « appalaches » imaginée de toutes pièces. Des enseignants et des amateurs de musique Folk le popularisent auprès du public américain.Dès les années 50, le dulcimer est intégré à la nouvelle scene « Folk » urbaine du nord-est des états unis. Des musiciens originaires du Kentucky tels que Jean Ritchie se produisent sur scène et enregistrent de nombreux disques. Ce dernier est également à l’origine de la première méthode d’apprentissage majeure du dulcimer.Richard Farina, Paul Clayton, Howie Mitchell, Betty Smith, et Anne Grimes  qui font partie de la nouvelle vague Folk donnent au dulcimer une audience nationale voire internationale.

Depuis lors, de nombreux luthiers ont affiné l’instrument en élargissant ses capacités musicales. On ajoute une quatrième corde, le plus souvent pour doubler la chanterelle afin de donner (un peu…) plus de volume sonore à la ligne mélodique ou bien en créant une corde équidistante entre la chanterelle et la corde médium. Des cordes dédiées au dulcimer sont d’ailleurs fabriquées. Les frettes, initialement limitées aux deux premières cordes (mélodie et médium), sont étendues à toute la largeur du manche.

Jeu

Traditionnellement, le dulcimer se joue à plat sur les genoux ou sur une table, même si certains comme Cristian Huet ou Laurent Vercambre (ancien membre du groupe Malicorne) en jouent également debout, en le tenant comme une guitare. Traditionnellement, l’instrumentiste joue la mélodie, à l’aide d’un onglet ou d’un médiator, sur les chanterelles. Les cordes de bourdon jouant la note tonique et la dominante.

Le dulcimer est un instrument diatonique comme beaucoup d’instruments traditionnels (il n’a ni dièses ni bémols), et on ne peut y jouer qu’une gamme donnée (et non toutes, comme sur une guitare par exemple). Le type de musique jouée est modal. les modes les plus joués traditionnellement sont le ionien et le mixolydien, avec les quatre cordes accordées en sol-(sol)-do-do. Dans les modes dorien et éolien, les bourdons sont accordés à la quinte, en ré et la. L’accordage le plus rencontré reste néanmoins le ré (ré)-la-ré.

Le dulcimer permet d’accompagner le chant. Le réglage de tension des cordes permet d’adapter la hauteur des notes à la voix, sans tenir compte de leur hauteur réelle. le plus important étant alors d’accorder les cordes entre elles.

Les joueurs de dulcimer les plus connus en Europe sont Cristian Huet, John Molineux, Marc Robine et Gabriel Yacoub (dans son groupe Malicorne). Capables de jouer des lignes mélodiques sur toutes les cordes y compris les bourdons et d’y faire des accords en utilisant parfois des techniques comme le picking (avec les ongles de tous les doigts de la main droite) ou empruntées à d’autres instruments (guitare, banjo, guitare basse, etc.), ils inscrivent le dulcimer dans une modernité intéressante, moins « folklorique » et plus ouverte sur des cultures musicales éloignées de son domaine habituel.

 

De nouvelles techniques de jeu sont également développées (finger picking par exemple), le répertoire est considérablement élargi. Aux pièces traditionnelles des montagnes se sont ajoutés le gospel, le blues, le rock…Aux états unis, de nombreux clubs sont créés et un magazine trimestriel « Dulcimer Players News » lui est consacré à partir de 1975. Malgré tout, le dulcimer a toujours conservé son aura d’instrument romantique de la culture des Appalaches.

Le renouveau du dulcimer en France.

Le dulcimer aurait pu être condamné à demeurer définitivement outre atlantique. Cependant le dulcimer allait connaitre une certaine renaissance également en France. Celle-ci viendra pour beaucoup de la Bretagne grâce à des musiciens tels que John Molineux, Claude Besson, Dominique Duxin, Marc Robine, Gabriel Yacoub avec Alan Stivell et Cristian Huet. Ce dernier allait se charger de sortir l’instrument de son relatif oubli en France et le re-propulser sur le devant de la scène. Tombé amoureux du dulcimer dès son enfance, Cristian Huet a entrepris une véritable mission de redécouverte de l’instrument.

 

Cristian Huet en action au dulcimer électrique

 

Dulcimers of the world.
Juste quelques photos pour le plaisir afin de vous présenter quelques belles réalisations actuelles…..ou à défaut les plus originales!

   

 

              
Les plus beaux….de Coog Instruments (usa)

   

                                               

 

 

                                                                                           

 Pour jouer en amoureux…. (Doug Hood)                      Ou à Saint Chartier….

                                       

    

Dulcimers  de Keith Young et Blue Lion (usa)

 

 

      

    
             

 Ben Seymour Kudzu Patch (usa)                       Gary Gallier (usa)

 

 

       


Nils Caspersson (usa)

Liens externes:

Histoire et photos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7 commentaires à propos de “Dulcimer

  1. Très bon article sur cet instrument malheureusement peu connu donc peu usité, merci de le faire sortir des « oubliettes » il manque juste une liste de CD des spécialistes tant américains que français Empressez vous de remédier à cela .

  2. Pouvez vous m’indiquer les références d’une méthode d’apprentissage du Dulcimer êt ou me la procurer cordialement

  3. Bonjour
    Le dulcimer peut s’accorder de la manière suivante en partant de la corde grave :
    les accordages les plus utilisés sont DAD, le Ré grave étant le Ré3 (4ème corde de la guitare) Ou GDG. Les chanterelles son accordées à l’identiques;
    Cordialement
    D.FAURE

  4. Bonjour
    Cherche méthode dulcimer EN FRANÇAIS
    Stage?
    Vidéo ?
    Merci par avance pour vos informations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>